Ode à ma bibliothèque de quartier

C’est leur rituel du samedi matin, pendant que j’émerge délicieusement d’un sommeil réparateur. Après le petit-déjeuner, papa et mouflette s’en vont joyeusement à la bibliothèque, pour écouter des contes et changer les livres.

À leur retour, chargés comme des mules de petits et grands bouquins colorés, je ne sais pas lequel des deux a les yeux les plus brillants. Le nez dans mon café, je me gausse du gargantuesque appétit de mon compagnon : « Tu as encore dévalisé les Capucins ? Si trois pères empruntent autant de livres que toi, que laissez-vous aux autres enfants? »

Voici le butin de la semaine. Dix-neuf livres.

Bouquins Maria.jpg
#Brainfoodhaul

Oui, dix-neuf livres – jusqu’où ira-t-il ? – à chuchoter, chanter, rugir, déclamer, grimacer tous les soirs, pour la modique somme de … zéro euro.

Des livres qui feront dès samedi prochain leur entrée pétaradante dans d’autres cervelles malicieuses, pendant qu’un nouveau déluge de mots et de dessins pleuvra sur nos têtes émerveillées.

C’est de la pure magie. La maison en pain d’épices de Hansel et Gretel peut aller se rhabiller face à cette valse rieuse de petits et grands bouquins colorés qui rythme nos soirées depuis un an.

Des bouquins où les pantoufles voyageuses s’envolent chaque nuit vers la station spatiale internationale. (Coucou Thomas Pesquet !)

Pantoufles baladeuses.jpeg

Des bouquins où les enfants endossent leur cape d’invisibilité pour échapper aux endives du midi.

Cape d'invisibilité.jpeg

Des bouquins où des petites filles bouclées, curieuses et courageuses – comme ma mouflette – partent à l’aventure. (Girl Power !)

Bouclette expéditrice .jpeg

Des bouquins pour se moquer de ceux qui aiment les cases et les étiquettes.

Cases.jpeg

Des bouquins pour appâter le marchand de sable.

Sommeil.jpeg

Des bouquins pour faire rire les papas.

JOJO MA TIRELIRE.jpeg

Des bouquins pour faire sangloter les mamans. (Snif)

La première fois.jpeg

Et des bouquins pour attendre le printemps.

Printemps.jpeg

Alors, pour tous ces petits et grands livres colorés, pour ces histoires contemplatives et rieuses qui font oublier les journées de grisaille, pour ce concentré d’intelligence, de vocabulaire soutenu – #cacaboudin – qui muscle les petits neurones, pour ces moments de grâce et de partage, merci à toi, ma bibliothécaire. Et vive le service public.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s